Un nouveau monde t'attend... Un monde remplit d'aventure, de mangas, de rêves,.... N'hésite pas !! Rejoins nous vite !!
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sun Ken Rock

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le ptit

avatar

Masculin
Nombre de messages : 384
Age : 26
Localisation : avec satan en enfère
Date d'inscription : 03/01/2010

Feuille de personnage
Manga préféré: One Piece, Bleach, Naruto, Hitman Reborn
Anim' préféré: One Piece, Bleach, Naruto, Hitman Reborn
Opening et/ou Ending préféré:

MessageSujet: Sun Ken Rock   Mer 19 Mai - 0:51

Présentation


L'histoire:

Kitano Ken, un jeune lycéen orphelin et bagarreur, décide de partir en Corée pour rejoindre la fille de ses rêves Yumin. Cette dernière est partie au pays du matin calme afin de devenir policière. Une fois en Corée, rien ne se passe comme prévu pour notre héros qui intègre une bande de Gundals (pendant coréen des yakuzas). Pire encore, il devient vite le chef du groupe, le "boss" comme on dit, avec tout ce que cela induit de responsabilités!! C'est ainsi que débutent les aventures mouvementées et dangereuses de la "Sun-Ken Team", bien décidée à se faire une place en ville!

Fiche signalétique:
Sun-Ken Rock (サンケンロック /)
la fiche VO de la série) est publié au Japon depuis septembre 2006 par l'éditeur Shonen Gahosha et pré-publié dans le magazine Young King Ours. Cette série est réalisée par Boichi (ボウイチ )et est toujours en cours de publication. C'est Doki Doki qui se charge de publier ce titre en France, depuis juin 2008.



L'auteur:
Boichi est né le 29 Janvier 1973 en Corée du Sud. Il a commencé sa carrière de mangaka dans son pays natal en 1993, avec un sunjung. Il part travailler au Japon en 2004. Il se passionne pour le cinéma et la photographie, qui sont pour lui des sources d'inspiration essentielles. Il a d'ailleurs consacré son mémoire de fin d'études au cinéma! Il aime, avec ses assistants, sortir et photographier des paysages qui lui serviront dans son travail.

Personnages principaux:

Kitano Ken:

Ken est le héros de notre histoire. Il a vécu une enfance difficile après que sa famille soit décédée dans des circonstances tragiques. Victime de ses sentiments amoureux envers Yumin, il n'hésitera pas à migrer en Corée pour revoir sa dulcinée. Ken se caractérise par son tempérament impulsif et son côté idéaliste. Sans le savoir, il a l'âme d'un véritable meneur et parvient à transmettre ses idéaux à son entourage. Il se bat souvent avec une batte de Base Ball. Nous parlerons plus en profondeur de ce personnage ultérieurement.


Yumin:

A l'instar de Ken, Yumin doit supporter le poids d'un passé très difficile... Dans le premier tome, nous apprenons que cette jeune et belle lycéenne décide de partir en Corée pour devenir policière... Cette décision surprenante cache en fait une autre motivation que je tairai afin de ne pas vous dévoiler un élément clé de l'intrigue. Yumin est unefille très enjouée et honnête. Qui plus est, elle ne semble pas insensible au
charme de Ken...


Park Tae-Soo:

Avant l'arrivée de Ken, Park Tae Soo était le leader de la bande. Il laisse volontiers la place à notre héros après avoir perdu un duel contre lui. Park est la tête pensante du groupe et reste le fidèle bras droit de Ken. Son statut d'éminence grise ne fait pas pour autant de lui un "planqué": Park est un redoutable combattant qui brille par son agilité.Il gère au mieux les intérêts de la "Sun-Ken Team".

Yang San-Dae:

San-Dae est surnommé "la pioche", car il se plaît à utiliser cet outil durant ses combats. Avec son caractère bien trempé, il est un peu le mouton noir du groupe... San-Dae a parfois du mal à accepter l'autorité de Ken et le fait savoir... il reste néanmoins fidèle à son gang. De par sa physionomie, il est sans doute le moins fort de l'équipe à l'heure actuelle, mais il ne faut pas le sous-estimer car il sait faire preuve de détermination lorsqu'il le faut!

Lee San-Ki:

Ses camarades le surnomment "Marin". Lee est sans doute le personnage le plus effacé de l'équipe... Nous en savons très peu sur lui, sur son passé ou ses motivations pour le moment. Il n'en reste pas un soldat très fiable qu'on hésite pas à placer en première ligne, avec Chan Do-Heun. Ses armes de prédilection sont les clefs de mécanique.

Chan Do-Heun:

Chan est un véritable monstre de muscles! A la fois très grand et surtout très costaud, sa stature monumentale en impose à ses ennemis, alors même que le combat n'ait pas commencé! Derrière ses allures de "Conan", il se révèle très sensible, comme le suggère l'attachement sur-dimensionné qu'il a pour sa voiture... Chan a tendance a faire trop confiance à ses muscles,ce qui pourra parfois lui jouer des tours...

Kim Kae-Lyn:

Kim est la seule membre féminine du groupe et occupe pour l'instantla fonction de dernière recrue... Elle a rencontré nos amis alors qu'ils s'entrainaient sur le mont Ji-Ri, pour ne plus quitter par la suite. C'est une spécialiste des armes, tout en étant particulièrement douée en arts martiaux. Il ne faut donc pas se fier à sa frêle stature de lycéenne... Kim est très attirée par Ken et n'hésite pas à le lui faire savoir... Une chose est certaine: ce n'est pas une fille pudique!




Portrait d'un héros idéaliste
Très charismatique, à l'instar de la plupart des personnages de Sun-Ken Rock, Ken Kitano n'en reste pas moins très spécial... Dans un premier temps, son caractère naïf et enjoué détonne au plus haut point avec l'ambiance sombre de la série qui; il ne faut pas l'oublier; nous narre l'ascension d'un gang. Les premières pages sont révélatrices du caractère très "cœur d'artichaut" de notre héros. En effet l'auteur nous le présente comme quelqu'un qui a "tout perdu",une "coquille vide"... Pourtant, à la page suivante, on découvre Ken en train de révéler ses sentiments amoureux à Yumin, en pleine rue,un bouquet de fleur à la main et un genou à terre! C'est principalement sur ce contraste saisissant que va se construire notre personnage principal. Qui plus est, Ken nous séduit par ce côté naïf et idéaliste, terriblement courant dans le manga, mais qui arrive toujours à plaire lorsqu'il est bien mis en scène (et c'est le cas ici!). Ainsi, notre ami obéit à plusieurs principes qui font de lui un héros particulièrement exemplaire (si on met de côté sa profession bien évidemment!).

Tout d'abord, Ken déteste qu'on s'en prenne aux plus faibles, qu'on martyrise les personnes fragiles et sans défense. On le constate dès les premières pages lorsqu'il prend la défense d'un vieux tenancier de pocha (une petite roulotte qui permet de se restaurer dans la rue) en train de se faire racketter par une bande de maffieux désireux de recevoir le montant dû à leur pseudo "protection"... Ni une ni deux, notre castagneur de première va défendre avec ardeur le papy, corrigeant par la même les voyous qui vont fuir sans demander leur reste... Mais ce que Ken ne savait pas, c'est que cet acte de bravoure allait changer sa vie à tout jamais!

En effet, il ne se doutait pas que son altercation était observée par un gang qui va alors décider de le recruter! Mais un concours de circonstances, que je ne vous raconterai pas afin de ne pas trop vous en dévoiler sur l'intrigue, va finalement amener notre jeune japonais exié à la tête du gang, autrement dit à devenir "LE boss"! Étant donné qu'il ne connait rien à ce milieu et qu'il est étranger (il ne faut pas oublier que l'action se passe en Corée et que Ken est japonais), on pourrait s'inquiéter de son sort... Pourtant, notre ami va très vite s'imposer comme leader (même si "la pioche" conteste parfois son autorité), et non pas principalement grâce à ses poings, mais plutôt grâce à ses convictions et ses idéaux qui vont très vite séduire ses compagnons... mais aussi les lecteurs! En effet, Ken Kitano ne laisse jamais personne indifférent: c'est le genre de héros qu'on adore ou qu'on déteste... la demi-mesure étant excessivement rare! L'altruisme naturel de notre héros se manifestera à divers autres moments tout au long des six volumes que compte la série actuellement. Ainsi à la fin du premier tome, il trouvera les mots justes en saura redonner un soupçon d'espoir à une jeune fille violée et brutalisée par une bande de Gundals... Par delà ses poings, notre héros sait donc aider son prochain via des paroles qui sonnent juste et qui savent réconforter les cœurs meurtris... et c'est
tout à son honneur! On peut également noter la notion de fidélité qui auréole Ken Kitano... Fidèle à ses amis, fidèle à ses idéaux mais aussi fidèle en amour! Malgré de nombreuses rencontres avec des créatures de rêve, notre héros ne cessera de penser à Yumin, et ne batifolera donc avec aucune autre demoiselle! Et pourtant, notre héros sera bien souvent tenté: dans le premier volume, une fille qu'il a sauvée souhaitera le récompenser en nature... au grand dam de Ken qui aura bien du mal à résister (il y parviendra in extremis)! Et lorsque Kim Kae-Lyn rejoindra l'équipe, les tentations seront démultipliées, car cette dernière fait preuve d'un dévergondage impressionnant et n'aura de cesse de tout faire pour entraîner notre ami dans ses filets!

En définitive, Ken est définitivement un héros attachant. Faisant passer ses amis avant lui-même et se refusant d'exploiter son prochain, il ne ressemble guère à l'image "classique" d'un chef de gang... Et pourtant, son charisme, sa force sa verve font de lui un leader naturel. Vous l'aurez compris, l'un des plus grand atouts de Sun-Ken Rock, c'est Ken lui-même!



50% de baston, 30% d'humour... 10% de romance et enfin 10% de fan service: Voilà la recette de Sun-Ken Rock selon moi. Ceux qui lisent déjà la série se rendront compte que je m'éloigne pas mal de ce qu'écrit l'auteur dans son free talk, sur le rabat de la couverture du volume 3. Je cite: "un récit avec 60% de muscles, 30% d'amour et 10% de Jo Pok". Une explication s'impose... Parlons d'abord du sujet qui fait toujours polémique: le fan service. Oui, cher lecteur, il y a de la culotte dans la série phare de Boichi... il y en a même pas mal,tant et si bien que le titre n'est clairement pas à mettre entre toutes les mains. En ce sens, le logo "-15ans" présent sur chaque couverture est amplement justifié... Mais peut-on dire la même chose pour les scènes érotiques? Certaines scènes s'intègrent au récit, en renforçant notamment la portée dramatique des scènes à laquelle elles sont attachées. Par exemple, la scène de viol et de torture, dans le deuxième tome, entre dans ce cas de figure. Insoutenable et écœurante, elle va provoquer une sorte d'immersion forcée du lecteur dans le récit, ou plus exactement dans toute l'horreur du récit. Sans nul doute, Boichi arrive à nous mettre mal à l'aise... mais est-ce vraiment nécessaire? Chacun y apportera sa propre réponse. A l'inverse, d'autres scènes érotiques, autrement plus dispensables, appartiennent clairement au fan-service et ne visent qu'à faire fantasmer les lecteurs... Le volume le plus emblématique de cet état de fait est sans conteste le quatrième tome, qui marque un certain rapprochement entre Ken et Yumin... Tout au long de cet opus, Boichi va distiller de nombreuses scènes de fesses pas vraiment justifiées qui vont faire baisser la qualité générale du récit. C'est un peu dommage, mais sans grande gravité à partir du moment où seul un volume est concerné. En effet pour les quatre autres tomes, le fan service est placé de manière assez disparate. Autre composante du récit de Boichi: la romance... Cette dernière est exclusivement centrée sur la relation unissant Yumin et Ken. Bien qu'amis à ce stade du récit, nos tourtereaux n'en restent pas moins très proches, et on devine sans mal un futur rapprochement qui; au vu des derniers évènements; ne saurait tarder. Un seul problème risque de chambouler la donne: Yumin est policière et déteste par dessus les Gundals et autres maffieux, alors que Kitano est lui même chef de gang! Notre héros n'hésitera pas à tromper la belle sur sa profession, en lui disant qu'il travaille dans le secteur des jeux-vidéos... Un bobard qui se révèle être suffisamment crédible aux yeux de Yumin pour qu'elle ne s'interroge pas sur le fait que notre héros s'habille en Armani et roule en Mercedes... Plus sérieusement, on se demande si Yumin n'a pas trouvé sa plaque de policière dans une pochette surprise, tant la supercherie semble grossière... Est-elle vraiment dupe ou laisse-t-elle le temps à notre héros de lui dire la vérité? Mystère et boule de gomme! Quoiqu'il en soit, les choses s'accélèrent dès le quatrième volume entre Ken et Yumin. Notre policière lui confie son douloureux passé, ce qui est un gage de confiance... Malheureusement,l'arrivée soudaine d'un trouble fête cassera toujours l'ambiance au moment le plus fatidique, tant et si bien que nos deux héros restent pour l'instant des amis. Mais des amis très très proches! Et l'humour dans tout ça? Et bien force est de constater qu'il est omniprésent dans le récit de Boichi. En effet, notre auteur seplait à pimenter la vie de notre héros par des coups du sort souvent inattendus! Ainsi lorsque Ken est sur le point d'embrasser Yumin, un vieux papy soucieux des bonnes manières débarque d'on ne sait où pour "l'éduquer" à coup de matraque! On rit également beaucoup de la dualité existante entre notre héros et la pioche, son subalterne. Ce dernier ne cesse de contester l'autorité de son boss, et n'hésite pas à utiliser des coups bas pour "nuire à l'intégrité physique" de son chef, ce qui est évidemment très comique. A un moment, la pioche va même dresser un chien à attaquer Ken dès qu'il le voit... comme le montre cette illustration (cliquez dessus pour l'agrandir), révélatrice de ce qu'a éprouvé notre héros lors de sa première rencontre avec le molosse:


Bien souvent, notre auteur adore nous faire rire en jouant sur les interactions entre les personnages principaux... Et il faut dire que certains d'entre eux ont des caractères bien barrés! Enfin, l'humour ne serait pas aussi efficace sans le coup de crayon magique de Boichi, qui a beaucoup de talent pour croquer ses personnages avec des faciès déformés ou carrément en SD, ce qui est bien souvent amusant!

Pour conclure cette partie, il ne me reste plus qu'à vous parler de ce qui fait le corps de notre histoire l'action!! Dès les premières pages, ou encore en regardant les différentes couvertures (sublimes!) des volumes de la série, on se rend compte immédiatement que la baston risque d'être le pilier du titre (ce qui est amplement le cas!). Ce qui est intéressant, c'est que les séquences d'action se construisent selon deux critères, l'un étant shonen et l'autre seinen. Pour être plus clair, j'ai l'impression que Boichi utilise (de manière presque alternative) les codifications du shonen et du seinen pour construire son récit. Ainsi certains passages nous font définitivement penser au shonen, comme le long entraînement sur le mont Ji-Ri (la phase d'entraînement, un classique du shonen!), ou encore l'attaque du casino, dans lequel le directeur place l'un de ses lieutenants à chaque étage pour bloquer la progression de Ken (ce procédé du "un ennemi par niveau, avec le boss de fin tout en haut" est très utilisé dans dans le shonen). On peut également noter que bien souvent, l'équipe (dont les membres se comptent sur les doigts d'une main) va devoir se battre contre un nombre incalculable d'ennemis (dans l'arc du casino, ils seront 300)... et parviendra toujours à s'en sortir sans trop de dégâts! Pour le réalisme, on repassera... A d'autres moments par contre, l'action est beaucoup plus sombre. On passe de la simple bastons virile à des scènes de crime, de torture ou de gunfight. Le sang coule alors à flot, et la mort est omniprésente... Nous sommes alors pleinement dans le genre polar, le récit se veut plus violent et le lecteur entre alors de plein pied dans une codification seinen, où notre héros est définitivement exclu. En effet, Ken se doit de garder une certaine pureté dans ses actes, et n'est donc jamais l'auteur d'un crime (on ne le retrouve même que très rarement dans ce genre de scènes)... Par contre, il ne se gêne pas pour corriger ses ennemis à coups de batte de Base Ball!
Mais quel est le but de ce double usage?
Attirer un maximum de lecteurs bien sûr! Ainsi, les amateurs de shonen se délecteront de toute cette franche camaraderie, de cette notion de surpassement de soi qui fait qu'un seul homme peut en vaincre trente sans trop de bobo... tandis que les fanboy de seinen apprécieront la tension et la nervosité de combats sanguinolents, qui se terminent par la mort de l'un des deux adversaires, et de l'ambiance très polar...





Graphismes

Avec Boichi, nous entrons dans une autre dimension question graphismes... C'est simple: tout est beau dans Sun-Ken Rock! Les personnages, qu'ils soient masculins ou féminins, sont très travaillés et croqués via un trait fin et précis. Les cheveux,et notamment ceux de Ken, sont excessivement travaillés. Notre auteur sait également rendre ses héros très expressifs selon les situations, notamment grâce à un soin tout particulier apporté au regard. Au niveau des décors et arrière-plans, même constat. Ces derniers sont en effet très fouillés et regorgent de détails. Et lorsqu'ils laissent la place à un fond blanc, c'est bien souvent pour renforcer la portée d'une action réalisée au premier plan. Le souci du détail est réel, et ce n'est guère étonnant lorsqu'on lit les postfaces de l'auteur! En effet, elles nous permettent de découvrir "l'envers du décor" de la série, et nous montrent notamment l'importance qu'accorde Boichi à la photographie, qui l'aide à réaliser des éléments de son titre. Ainsi, pour dessiner un simple corbeau en arrière plan dans Sun-Ken Rock, notre auteur et ses assistants sont capables de parcourir leur ville de fond en comble pour dénicher des volatiles noirs... Et une fois qu'ils en trouvent, ils peuvent les prendre des centaines de fois en photo!!! Parfois, Boichi se risque a abandonner ce trait si précis pour s'essayer au SD ou au kawai. Bien souvent, c'est pour renforcer la portée humoristique d'une scène... et il faut dire que ça marche! Enfin, je me dois de mettre en exergue le dynamisme qui transparaît des planches de Boichi, et notamment lors des scènes d'action. Le trait est tellement énergique qu'on a presque l'impression d'y être!



Le mot de la fin...
En définitive, Sun-Ken Rock peut se définir comme un manga à la fois nerveux et drôle, qui plaira aux amateurs de seinen comme aux lecteurs de shonen. La série n'en est encore qu'à son commencement (8 volumes parus à ce jour) mais a un potentiel énorme: on se demande jusqu'où Ken et sa bande sont capables d'aller...Ken Kitano, notre héros bagarreur et idéaliste, se révèle particulièrement charismatique et attachant, et ses aventures sont servies par les superbes dessins de Boichi. Enfin, raison de plus pour ne pas se priver, le travail de Doki Doki sur le titre est tout simplement excellent.Une série à découvrir d'urgence!


Dossier réalisé par shinob.
Mise en ligne le 18/09/2009.

ps 10% des filles regarde se manga et il y a pas temps que sa de scène érotique 4 grand maximum juste qu'au tome 6

_________________

la ptit galerie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Sun Ken Rock
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [JEU] ROCK BAND : Jouer avec plusieurs instrument sur son HD2 [Payant]
» Bleach 419 - Deicide21 [Transcendent God Rock]
» Fan club Rock Lee
» (J-Rock) Acid Black Cherry
» Rock Werchter 2010 - 1 au 4 juillet 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mangas-en-force !! :: Mangas :: Mangas Papier :: Seinen/Josei-
Sauter vers: